meilleures series netflix à regarder

4 (+2) séries Netflix à regarder absolument

Le catalogue Netflix est assez impressionnant et quand il s’agit de trouver une nouvelle série netflix à voir, ça peut être compliqué de faire un choix. OK, l’algorithme marche plutôt bien, mais il nous enferme aussi dans des types de séries un peu toujours identiques. Pour éviter ça, lire les recommandations d’autres personnes peut être un bon moyen de faire de nouvelles découvertes. Voici donc mon top 6 des meilleures séries Netflix que j’ai pu regarder.

Il y a peut-être une chose que vous ne savez pas encore à mon propos : j’adore les séries. J’aime en regarder, car j’adore suivre des personnages sur de longues périodes. Certaines séries me marquent d’ailleurs vraiment. Parfois, je me fais même un peu peur lorsque je vois que je me prends d’un amour obsessionnel pour une série. Oui, je suis ce genre de nana à m’identifier tellement à certains personnages, que je rêve d’avoir leur vie. J’ai découvert ça quand j’avais à peu près 12 ans et que je suis tombée sur Alias (ma série préférée de tout temps). Dès lors, je rêvais secrètement de devenir Sidney Bristow, d’être espionne pour les services secrets et de régler leurs comptes à tous ces Méchants qui peuplent notre planète. Je vous jure que si on retrouvait mon historique de recherche AOL de cette époque (2003-2005), on verrait s’afficher des « comment devenir agent secret » et « comment entrer à la DGSE » au milieu de mes conversations MSN. Bien sûr, je m’étais déjà prise pour Phoebe Halliwell à l’école primaire, mais ce n’était pas tout à fait pareil.

Je ne me décrirais cependant pas comme une grande fan de séries télévisées à tout va. J’ai mes périodes et mes chouchous. Depuis que je vis ma vie d’adulte, j’ai eu beaucoup moins d’amour compulsif pour des héros et héroïnes de fiction… mais c’était sans compter sur Netflix qui me fait redécouvrir le bonheur de mater des séries pendant des heures. Je vous assure, se caler devant la télé le dimanche et regarder des séries Netflix toute la journée, ça ne me dérange pas. Je mets mon cerveau sur pause, ça me change les idées, ça m’apprend des choses et en plus et ça me donne la patate. C’est pourquoi j’ai voulu vous écrire ce petit article de recommandations de séries Netflix aujourd’hui. Déjà parce que j’ai envie de vous raconter ma vie, ensuite parce que j’ai envie de crier sur tous les toits à quel point ces séries sont géniales et qu’elles méritent vraiment d’être regardées.

Alors je vous préviens, j’ai tendance à aimer les séries dont on parle assez peu. Ici vous ne trouverez donc pas grand-chose qui apparait dans le top 100 des meilleures séries d’Hollywood, mais je vous assure que toutes ces séries valent le coup d’œil et je vous explique pourquoi pour chacune d’elles.

Queen of the South: Ma série préférée sur Netflix

  • Année : 2016
  • Style : Action, Drame, Crime, Thriller, Narco
  • Saisons : 4 (Saison 5 en 2020)
  • Synopsis : Queen of the South raconte la puissante histoire de Teresa Mendoza, une femme qui est obligée de fuir et de chercher refuge en Amérique après le meurtre inattendu de son petit ami dealer de drogue au Mexique. Ce faisant, elle s’associe à une figure improbable de son passé pour faire tomber le chef du réseau de trafic de drogue qui la tient en fuite.
  • Créé par : Natalie Chaidez, Joshua John Miller
  • Casting : Alice Braga, Peter Gadiot, Hemky Madera, Veronica Falcon, Molly Burnett, Jon Ecker, Ryan O’Nan, Balar Alimi, JT Campos…
Série Netflix à regarder Queen Of The South

Ma dernière obsession en date. La deuxième à vrai dire après Alias, il y a 15 ans. Dans Queen of the South, on suit donc Teresa Mendoza dans son ascension jusqu’au pouvoir grâce au (ou à cause du…) business de la drogue. La série est librement adaptée (dans le sens qu’ils ont repris l’histoire de Teresa et les noms des personnages et… c’est tout) du livre « La reine du Sud » de Arturo Pérez-Reverte, que j’ai lu et que je vous conseille également. J’aime cette série, car elle mélange plein de choses qui font pour moi une bonne série :

  • de l’action et des criminels
  • des femmes puissantes qui sont en charge dans un univers ordinairement masculin,
  • des intrigues et des personnages bien construits qui se complètent et forment une bande de joyeux lurons (ou pas) à laquelle on s’attache vite
  • et je ne parle pas que du personnage de James interprété par Peter Gadiot, mon nouveau crush.  

J’ajoute à cela un casting d’acteurs très talentueux (perso, j’adore regarder la série avec mes yeux de comédienne, j’en apprends énormément) : Alice Braga, Peter Gadiot, Hemky Madera, Veronica Falcon, Ballard Alimi et les autres sont juste incroyables à l’écran. Une dernière chose, la série est à la fois en anglais et en espagnol et tous les acteurs (ou presque) sont des personnes de couleur, ça fait du bien ! Le casting principal est quasi exclusivement latino-américain et les scénaristes n’hésitent pas à aborder subtilement la question du racisme ordinaire à travers diverses intrigues.

Teresa Mendoza est une nana qui ne part de rien et qui arrive à construire un empire mondial de la drogue, sans renier son cœur ni son empathie (même si bon… on est d’accord que la vie est semée d’embûches, surtout dans ce milieu-là et qu’il faut parfois faire des sacrifices). Elle gère ce business comme une entreprise normale et c’est ça qui est bon. On ne tombe pas dans les clichés de la drogue et des addictions. Ici la coke est un produit comme un autre… sauf que pour pouvoir faire son business tranquille, on est obligé de sortir les flingues, l’argent et les tueurs en série. Croyez moi, cette série est une mega dose de motivation et vous donnera envie de monter votre propre cartel ou au moins de déplacer des montagnes pour atteindre vos objectifs pro.

Teresa nous montre que l’on peut aussi réussir en ayant une approche moins cruelle et moins autoritaire du leadership, moins « masculine » en somme. Le personnage de la Méchante en chef, Camila Vargas, contraste justement avec cette vision : c’est une femme qui a dû faire comme les hommes pour y arriver… Dit comme ça, ça peut paraître très « girl power », oui, mais c’est subtil. Les personnages masculins sont plus nombreux, mais ça fait vraiment du bien de voir qu’ils répondent aux ordres de femmes même si ça leur fait parfois du mal de l’admettre et de l’accepter. De plus, je trouve que la question du sexisme (ordinaire) est travaillée de façon très fine et intelligente. (D’ailleurs la série passe haut la main le test de Bechdel.). J’adore voir comment les vieilles blagues sexistes de certains bad guy tombent à l’eau à chaque fois. Non, une blague sexiste n’a rien de drôle et les personnages de la série le font bien comprendre.

Bien entendu, pour faire une bonne série, à mon sens il ne faut pas que des flingues, il faut aussi de la romance et même si ce n’est pas l’angle principal de la série, les histoires de cœur (amoureuses ou familiales d’ailleurs) font partie de ces éléments qui rendent la série addictive. La juste dose pour attiser notre compassion, nous donner envie de savoir la suite, sans tomber dans le mélodrame. Là encore, beaucoup de justesse et de finesse dans la façon de mettre en scène tous ces sentiments. Tous les personnages sont pleins de nuances, ont beaucoup de caractère et même si théoriquement, ce sont tous des méchants, on se dit que même dans le milieu de la drogue, il y a des gens bien.

Mes personnages préférés ? Teresa Mendoza, of course, parce qu’elle ne s’apitoie jamais sur son sort malgré toutes les merdes qui lui arrivent. Parce qu’elle n’a pas d’autres choix que de lutter et que cet état d’esprit va l’emmener au sommet. Pote Galvez, son bras droit, un « siccario » (un tueur) au grand cœur, rongé par la culpabilité, mais qui s’en sert pour protéger Teresa du mieux qu’il le peut. George Megalos alias King George, le passeur de drogue complètement déjanté qui cache sa sensibilité derrière ses blagues et sa fausse mégalomanie, la dose d’humour de la série. James Valdez, le beau gosse bienveillant, le mec dont tout le monde rêve (du moins moi) : le juste équilibre entre la force et les sentiments, la protection et l’indépendance.

La quatrième saison s’est terminée cet été aux USA, mais seulement 3 saisons sont disponibles sur Netflix à l’heure actuelle. Les 3 premières saisons sont extras, la 4e peut être un peu décevante sur certains aspects, mais d’un point de vue évolution des personnages principaux, c’est vraiment bien mené… même si le casting a pas mal bougé. Si vous aimez l’action (et n’êtes pas trop sensible à la violence) je recommande très chaudement.

Nola Darling n’en fait qu’à sa tête (She’s gotta have it) : la série afro qu’il faut regarder

  • Année : 2017
  • Saisons : 2
  • Style : Comedie
  • Synopsis : Nola Darling, une jeune femme de vingt ans qui lutte pour définir son identité et trouver du temps pour ses amis, son travail et ses trois amants. Nola a du mal à rester fidèle à elle-même et à ses rêves.
  • Réalisateur : Spike Lee
  • Casting : DeWanda Wise, Anthony Ramos, Lyriq Bent, Cleo Anthony, Chyna Layne…
Série Netflix à voir Nola Darling

Nola Darling n’en fait qu’à sa tête est une série américaine réalisée par Spike Lee. La série Netflix fait suite au film « She’s gotta have it » du réalisateur, sorti en 1986. Nola Darling, c’est une femme noire, artiste et libre, autant dans sa vie professionnelle que sentimentale. À la fois légère et politique, la série aborde des sujets très importants (racisme aux États-Unis, gentrification, sexisme…) d’une manière très fine et sans prise de tête. En plus de ça, esthétiquement, cette série est juste parfaite : les plans sont géniaux, les personnages sont hauts en couleur et la bande originale est bourrée de titres emblématiques. Bref, cette série c’est une très belle découverte et définitivement une série à voir sur Netflix pour beaucoup de raisons.

Déjà, l’histoire. On y parle de cette jeune femme pansexuelle, Nola Darling, qui n’a pas moins de trois amants et une amante. Elle n’est pas exclusive (obviously), mais chacun de ses amant.e.s aimeraient que les choses soit autrement. Iels sont tous différents et n’ont rien à voir les un.e.s avec les autres, mais apportent tou.te.s à Nola ce dont elle a besoin, quand elle en a besoin. Nola est aussi une artiste qui cherche à s’accomplir. Sa carrière prend un tournant quand, suite à une agression dans la rue, elle décide de s’exprimer de manière anonyme sur les murs de Brooklyn. (D’ailleurs, cette campagne fictive « My name is not… » a été reprise pour une vraie exposition contre le harcèlement de rue « Souriez, vous êtes harcelées », réalisée par HumansforWoman il y a quelques mois). Suite à cette expérience, Nola réinterroge sa place de femme au sein de ses différentes relations ainsi que dans son travail. Chaque épisode est centré sur l’une de ses interrogations justement.

Ensuite, en toile de fond il y a Brooklyn. Ce quartier emblématique de New York permet d’aborder d’autres sujets politiques : le racisme et la gentrification. Tout au long des épisodes, et notamment dans la seconde saison, on suit des intrigues directement liées à la gentrification du quartier. C’est très intéressant de voir comment le problème est abordé et de comprendre aussi les enjeux derrière pour les populations noires américaines qui se voient obligées de renoncer à leurs lieux de vie parce qu’ils n’ont plus les moyens d’y vivre. C’est révoltant. Et puis bien sûr, au-delà de la gentrification, c’est tout le problème du racisme ambiant qui est montré du doigt. Plusieurs intrigues nous révèlent la réalité et les injustices faites aux noir. e. s. Comme je vous le disais au début, la série est légère, il n’y a rien de prise de tête, mais cela n’empêche pas de soulever des problèmes importants. C’est là que la série est très intelligente : on peut la mettre le soir pour se détendre, sans problème, mais on continue d’être sensibilisé à certains sujets, subtilement.

Enfin, la thématique de l’art est aussi très présente. D’une part à travers l’activité de Nola Darling et d’autre part dans le traitement esthétique et sonore de la série. Pour moi, cette série c’est de l’art en fait. La musique est hyper importante, Spike Lee n’hésite pas à faire tourner 3 minutes d’une chanson de Prince ou de Maxwell sans interruption et ça apporte vraiment un truc en plus à l’action. La musique n’est pas que là en soutien des émotions portées par les acteurs dans les scènes, la musique est presque un des personnages principaux à ce stade. Elle s’intègre parfaitement aux scènes et donne un rythme tout particulier à cette série. Le truc original en plus ? À la fin de chaque scène, la jaquette du titre qui vient de passer est présentée à l’écran. En plus, Spike Lee n’a pas choisi n’importe quelles musiques, ce sont toujours des classiques : Prince, Solange, Sade, Jimi Hendrix, Nina Simone, Whitney Houston et tant d’autres ! (Beaucoup de Soul, forcément ça me parle.)

Pour finir, juste un petit point sur le casting. Spike Lee a choisi un casting exclusivement afro-américain. Et c’est top. La série est une ode à la communauté afro et on y voit des noirs et des noires de toutes origines et de tous milieux sociaux. Nola Darling (le personnage, comme la série) célèbre la femme noire et la diversité de la communauté noire et juste pour ça, c’est une série Netflix qui doit être regardée.

Glow, the Gorgeous Ladies Of Wrestling : la série Netflix qui va te donner envie de faire des acrobaties

  • Année : 2017
  • Style : Comedie, drame, sport
  • Saisons : 3 (4ème et dernière saison attendue pour 2020)
  • Synopsis : Un regard sur la vie personnelle et professionnelle d’un groupe de femmes qui se produisent pour une organisation de lutte à Los Angeles dans les années 1980.
  • Réalisatrices : Liz Flahive, Carly Mensch
  • Casting : Alison Brie, Betty Gilpin, Kate Nash, Britt Baron, Marc Maron, Chris Lowell…
Série Netflix à regarder Glow

Glow, c’est l’histoire d’une bande de nanas qui se retrouvent à jouer dans le premier show de catch passé à la télévision aux États-Unis. L’action se déroule dans les années 80 et c’est, à mon sens, clairement une série d’empowerment. Bon j’avoue, au début, je n’étais pas emballée par le synopsis. Du catch ? Sérieux ? Je ne suis pas trop dans ce genre de trucs, mais bon, c’est Irène qui m’avait chaudement conseillé la série et comme elle est toujours de très bons conseils, j’ai pris le temps de regarder le premier épisode. Puis le 2e et le 3e et…. J’ai binge-watché les deux premières saisons en une semaine.

Pourquoi faut-il regarder Glow ? Parce que l’histoire est originale et qu’on suit une bande d’anti-héros et héroïnes très attachant.e.s. Glow, c’est l’histoire d’actrices un peu paumées, d’un réalisateur underground sur le déclin et d’un jeune et riche producteur qui a du mal à gérer son argent. Et pourtant, tous ensemble, ils vont réussir à monter ce show de catch dont le succès sera tout relatif, mais quand même. L’action se passe donc dans les années 80 et c’est génial de trouver cette esthétique dans la série. C’est haut en couleur, les looks des nanas sont géniaux et le traitement de l’image en général est vintage et je trouve ça hyper cool. Derrière la question du catch, ce sont tout plein de sujets de société qui sont abordés (oui encore, mais vous commencez à me connaitre non ?). Le catch, comme vous le savez certainement, c’est beaucoup de personnages stéréotypés, qui mettent en scène des combats. Et bien justement, la série parle très bien de ces stéréotypes et de la façon dont on peut s’en servir pour dénoncer des réalités. En suivant ces actrices, on voit les différences entre les stéréotypes qu’elles interprètent sur le ring et leurs véritables identités, bien entendu, beaucoup plus complexes.

Ensuite, regarder Glow, perso, ça me donne envie de me réapproprier mon corps. C’est un truc de fou comment après avoir visionné quelques épisodes, moi aussi j’avais envie d’enfiler un juste au corps à paillettes et d’aller cogner sur un ring. En fait, voir ces nanas qui n’y connaissent rien au catch, qui ne sont même pas sportives pour la plupart, s’emparer de leurs corps pour apprendre à faire des figures de folie, sur un ring, ça rebooste la motivation. On se dit « moi aussi je veux être puissante comme ça ». Parce que c’est vraiment ça qui se dégage : la puissance et la beauté des corps en action. Plus les filles travaillent, plus elles gagnent confiance en elles aussi, alors pourquoi ça ne serait pas la même chose pour nous ?

Bien évident, qui dit femmes catcheuses, dit un casting quasi exclusivement féminin… et hyper inclusif, et ça on aime. De toutes les couleurs, de toutes les origines, de toutes les classes sociales, de tout âge et de toutes orientations sexuelles, voilà un casting comme on devrait en voir plus souvent (mais qu’on commence à voir de plus en plus sur Netflix en tout cas.). Cela permet du coup d’aborder plein de thématique comme la découverte de l’homosexualité, le racisme, la pression maternelle, la sororité, l’âge, la recherche d’identité, etc. C’est drôle, c’est rafraichissant, un bon équilibre entre comédie et drama, bref c’est à voir !

The Good Place

  • Année : 2016
  • Style : Comedie, Fantasy
  • Saisons : 4
  • Synopsis : Quatre personnes et leurs amis de l’autre monde luttent dans l’au-delà pour définir ce que cela signifie d’être bon.
  • Réalisateur : Michael Schur
  • Casting : Kristen Bell, William Jackson Harper, Jameela Jamil, D’Arcy Carden, Manny Jacinto, Ted Danson
Série Netflix à voir The Good Place

J’ai découvert The Good Place complètement par hasard alors que j’étais en train d’écumer le catalogue des meilleures séries Netflix à la recherche d’un truc bien à regarder pour m’éviter de re-re-re-re-regarder les épisodes de Queen Of The South (ouais, j’ai du mal à passer à autre chose). Et c’est donc là que je suis tombée sur The Good Place dans laquelle on retrouve Kristen Bell (Veronica Mars) au côté d’une bande d’acteurs tout aussi talentueux.

The Good Place, c’est l’histoire de 4 personnages qui meurent et qui se retrouvent au « Bon Endroit » (une sorte de Paradis, si on veut) après leur mort. Ils y sont accueillis par Michael, l’architecte du Bon Endroit qui leur annonce qu’ils ont pu accéder à ce monde grâce à leurs très bonnes actions sur Terre. Problème : Eleanor (Kristen Bell) semble avoir été envoyée au Bon Endroit par erreur… La série met donc en scène 6 personnages tous autant déjantés les uns que les autres, qui traversent de nombreuses péripéties plutôt loufoques au cours de leur vie après la mort. Tout au long des épisodes on en apprend plus sur la vie sur Terre de chaque personnage tout en suivant leur progression au Bon Endroit dans les méandres de la morale et de l’éthique. En effet, Eleanor tente de devenir la bonne personne qu’elle est censée être en demandant à Chidi, un ancien professeur de morale et de philosophie, de lui enseigner les principes du bien et de l’éthique.

Sur un premier niveau, la série est hilarante, les blagues sont vraiment drôles et les références pleines de finesse. J’adore particulièrement la façon dont la série tourne en dérision toutes ces choses que nous autres, pauvres humains, faisons au quotidien. La deuxième couche de la série aborde toutes les questions sous-jacentes à la morale. Les questions soulevées sont philosophiques, mais on trouve des réponses dans des aventures qui rendent le tout très concret. Bien loin du discours religieux habituellement associé à la question de la vie après la mort, les grandes questions du bien et du mal sont abordées sous différents angles et c’est super intéressant de prendre du recul comme cela sur nos propres agissements.

Là encore, le casting est très talentueux. Gros coup de cœur pour le personnage de Janet, interprété par D’Arcy Carden, qui fait un travail d’interprétation de folie. Bien sûr, cette série a permis de découvrir Jameela Jamil et cette nana, en plus d’être hyper drôle, est une de mes sources d’inspiration et d’admiration.

Si vous cherchez une série feel-good et très drôle, je vous recommande vraiment de regarder The Good Place sur Netflix.

Bonus : 2 autres séries à voir sur Netflix

Bon cet article est déjà bien long, je ne m’attendais pas à déblatérer autant sur chaque série, mais que voulez-vous, j’avais vraiment envie de vous donner toutes les raisons qui me font aimer ces séries Netflix. Dans mon plan original, il y avait deux autres séries que je voulais vous recommander. L’article faisant déjà 3000 mots, je vais me contenter d’un bref paragraphe sur ces deux autres séries.

D’abord, il y a Working Mom qui est une comédie Netflix décomplexante au sujet de la maternité. Une très bonne série que je recommande à toutes les femmes de regarder : on y suit 4 mamans aux vies bien différentes, qui jonglent entre leurs obligations et qui nous confrontent aux réalités de la maternité (et à la charge maternelle qui pèse sur les femmes) sans jamais tomber dans un discours culpabilisant. Une ode aux femmes qui rappellent qu’une maman est une femme, avant tout et qu’en cela, elle a le droit de s’amuser, d’en avoir marre, de vouloir avoir une carrière et de ne pas être parfaite.

Ensuite, je recommande Sex Education, dernière série d’utilité publique à regarder. L’intrigue se déroule au sein d’un lycée où l’on suit des adolescents dans leur apprentissage de la vie et de la sexualité. Très bonne série qui s’adresse à tous et à toutes, à tout âge. Ce n’est absolument pas gnangnan et au contraire, la série aborde des sujets très importants autour de la sexualité féminine et masculine. C’est inclusif et ça participe à la déconstruction de beaucoup de stéréotypes et de comportements. Très instructif.

Voilà, je m’arrête ici. Si vous ne connaissiez pas ces séries, j’espère que ces recommandations de séries Netflix vous donneront envie de faire de nouvelles découvertes.

Si vous les connaissez, je serais curieuse de connaitre votre avis sur ces séries et vos propres incontournables ! On en parle en commentaire ?

1 commentaire sur “4 (+2) séries Netflix à regarder absolument

  1. Merci pour ces supers retours détaillés ! Contente que tu sois conquise par Glow, j’ai pas encore fini la dernière saison moi, j’avais peur que le rythme s’affaiblisse un peu mais en fait non c’est top. Tout pareil pour The Good place ! Mais bon en ce moment je suis surtout à fond sur la sortie de His dark material et je relis les bouquins en même temps !^^

Dites-nous ce que vous en pensez ! Participez à la discussion, n'ayez pas peur ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.