Restons Éveillés #2 : démocratie locale, étiquettes, multipotentiels et artistes engagés

Et me revoilà, ce dimanche 26 juin, pour le deuxième numéro de Restons Éveillés, votre nouvelle veille informationnelle éthique et engagée. Cette semaine, beaucoup d’articles m’ont intéressée, j’ai quand même fait un petit tri, pour en avoir d’autres à vous proposer plus tard et pour ne pas vous noyer sous les liens !

Aujourd’hui donc, je vous parle de démocratie locale (vachement plus fun que la politique actuelle), de complexes féminins (encore et toujours ces standards de beauté…), de multipotentiels (ces personnalités atypiques qui intriguent) et des étiquettes que l’on colle à tout le monde. On terminera par un peu de musique et une série de photos, si vous le voulez bien.

J’espère que cette semaine encore vous apprécierez mes petites sélections. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire ! Bonne lecture !

 

Simonae – La démocratie locale : reprenons le pouvoir

démocratie locale
Photo by Edwin Andrade on Unsplash

Extrait :

«Voter ne sert à rien. La politique, c’est barbant. Tou·te·s les politicien·ne·s se ressemblent. C’est un milieu corrompu, verrouillé. Il faudrait changer le système actuel. Nous ne vivons pas dans une vraie démocratie. Et puis de toute façon, qu’est-ce que je peux faire, moi ? Je n’ai aucun pouvoir de changer les choses. Et pourquoi pas la révolution pendant qu’on y est… mais pour construire quoi à la place ? 

Ces constats un peu déprimants, je les entends de manière répétée autour de moi. Et il faut bien reconnaître que lorsqu’il s’agit de politique, même lorsque l’on garde l’optimisme qu’il est possible de changer les choses pour le mieux, on peut se sentir terrassé·e par l’ampleur de la tâche – et par son infaisabilité. Peut-être y a-t-il une chance d’évolution si on élit la « bonne » personne – la femme ou surtout l’homme providentiel ?»

 

Suite aux résultats des élections législatives (qui ont eu lieux dimanche dernier), je vous avais partagé cette vidéo de l’excellent Data Gueule qui revient sur ces résultats et nous parle de représentativité dans ce contexte où l’abstention est la grande gagnante. Pour continuer sur le sujet de la démocratie, je vous propose aujourd’hui de lire cet article du webzine Simonae qui revient sur la notion de démocratie locale.

Les présidentielles nous apparaissent souvent comme les élections les plus importantes de notre pays. Et si nous changions de point de vue ? Et si, pour vraiment changer les choses il fallait plutôt regarder du côté de la proximité et donc des élections municipales ? Dans ce texte, on découvre à travers l’histoire de Saillans, un village de la Drome, qu’une gouvernance partagée, où l’on n’élit pas un leader mais où l’on réfléchit collectivement à comment changer les choses, c’est possible.

==> Lire l’article de Simonae – La démocratie locale : reprenons le pouvoir

 

Le Nouvel Obs : À mon amie, pas choquée par ce titre de ELLE : « Les bras, c’est le nouveau décolleté ».

femme
Photo by Alejandro Alvarez on Unsplash

Extrait :

« Chère collègue,

Tu es juste à côté de moi, tu bouges tes pieds sous ton bureau en écrivant un article. Tu complexes peut être un peu sur tes bras mais ça ne t’empêche pas de les avoir sortis aujourd’hui.

Tu portes un débardeur gris. Et ce n’est même pas un sujet pour toi. Tu es belle, tu as confiance en toi.

Tu as de la chance. Ce n’est pas le cas de toutes les femmes. Certaines préfèrent se cacher, même quand c’est la canicule comme ça. Elles se couvrent de manches longues, ou de gilets. »

 

Dans cette article épistolaire, Renée Greusard écrit à l’une de ses collègues qui  ne comprends pas pourquoi, toute leur équipe de travail est visiblement interloquée par l’un des titres du nouveau Elle « Les bras, c’est le nouveau décolleté ».

Dans cette lettre, l’auteure nous parle de ce contexte sociétal dans lequel, la femme passe son temps à remettre son corps en question. Alors que l’été approche, cette lettre me paraît importante pour que l’on se rappelle toute que nous vivons sous le joug des diktats physiques. Moi la première, je me crée des complexes qui ne sont certainement pas nécessaire. Lire cette lettre m’a permis d’essayer de prendre de la distance par rapport au jugement que j’ai de mon physique et de ma propre personne. Nous valons beaucoup plus que cela !

==> Lire l’article du Nouvel Obs : À ma collègue pas choquée par le titre de Elle « Les bras c’est le nouveau décolleté »

 

Médium, les Z’AtYpiques : le syndrome de l’imposteur, malédiction des multipotentiels ?

Photo by maxime caron on Unsplash

Extrait :

« Dès que j’ai saisi les grandes lignes, la structure profonde, j’aime passer à une autre structure plutôt que de perdre du temps avec les détails. Même chose avec les pays. Je ne veux pas découvrir pour appartenir et m’ancrer. Je veux découvrir pour connaître, me nourrir. Cela n’empêche pas de produire en chemin des choses utiles aux autres.

Le truc des multipotentiels c’est l’avidité des savoirs, mais aussi et surtout la transdisciplinarité. On aime apprendre de tout, pas par amour du butinage ou par collectionnite, mais parce qu’il faut savoir de tout pour innover, connecter, inventer. L’allégeance pleine et entière à une cause, un lieu, une idée ne sera jamais notre lot.

Nous sommes des nomades du savoir. »

 

J’avais lu cet article il y a pas mal de temps, et je suis retombée dessus en découvrant Medium (un réseaux social hybride), dans la semaine. Cet article, je l’ai aimé car j’ai eu l’impression d’y reconnaître…ma sœur. Margaux, si tu me lis, peut-être y verras-tu autre chose ?

Quoi qu’il en soit, je trouve cet article intéressant pour tout le monde pour deux raisons : on apprend ce qu’est un multipotentiel et on peut éventuellement devenir plus tolérant face aux personnes qui ont un parcours atypique. Non, ce n’est pas qu’ils ne s’intéressent à rien, c’est qu’ils ont envie de toucher à tout. Grosse nuance.

Bref, un article long mais inspirant, comme je les aime (et comme on en trouve plein sur Medium !) qui nous mène un peu plus vers la tolérance et la connaissance de soi. Au passage, la publication complète des Z’AtYpiques regorge d’articles du même genre, avis aux amateurs !

==> Lire sur Medium, les z’Atypiques : le syndrome de l’imposteur : malédiction des multipotentiels ? 

 

Medium – Je ne suis ni surdouée, ni hyper-sensible, ni multi-potentielle

Photo by Aaron Burden on Unsplash

Extrait :

« Je n’ai jamais aimé les étiquettes. Plus je gagne en année plus elles m’insupportent. Je les trouve simplistes, limitantes, parfois même dégradantes, tellement elles n’expriment pas en termes d’authenticité, de justesse et de profondeur, celle que je suis. Combien de fois vous êtes vous présentés par vos nom et prénom, et la personne en face de vous, par ses mots ou son regard, en attendait plus. Qui êtes-vous ?

Je pourrais leur dire « je chante sous la douche, pourtant je ne suis pas chanteuse. Je danse dans mon salon, pourtant je ne suis pas danseuse. Je participe à des cercles chamanes, pourtant je ne suis pas chamane. Je médite, pourtant je ne suis pas yogi. » Je ne suis rien de tout ça, pourtant je suis aussi tout ça. »

 

Encore une pépite lue sur Medium (et il risque d’y en avoir d’autres ! ). Dans cet article qui fait clairement écho au précédent, Marion Swar remet en cause toutes ces étiquettes que l’on aime de plus en plus apposer aux personnalités des gens. Sa réflexion m’a interpellée car je me définie moi-même comme hypersensible et que ce terme m’a clairement aidé à me comprendre, personnellement.

Néanmoins, son opinion et sa vision des choses sont, bien que déstabilisantes, très intéressantes. Nous avons toujours tendance à nous définir par rapport à la société. Nous passons notre temps à y trouver notre place, à chercher nos semblables et à apprendre les codes. Et si on laissait tomber tout ça, et qu’on cherchait simplement notre voie propre ? Dans ce bel article, Marion Swar nous aide en effet à apprendre à s’assumer tels que nous sommes : unique en notre genre, humain.

==> Lire sur Medium : Je ne suis ni surdouée, ni hyper-sensible, ni multi-potentielle

 

Musique – Le nouveau clip très engagé de Moby – In this Cold Place

Moby vient de sortir « More Fast Songs About The Apocalypse » un nouvel album en écoute libre et gratuite dont le premier clip « In This Cold Place » est un joyeux animé dans lequel il dépeint, sans filtre, notre société. Tous le monde en prend pour son grade : les dessins animés pour les enfants, la violence ambiante, les paradoxes politiques, l’industrie alimentaire, le nouveau président des états-unis etc. Un clip très réussi, qui, quand on met tout cela bout à bout, fait plutôt froid dans le dos.

ps: la musique aussi est bien 😉

 

 

Photographie, Kaizen Magazine : Amour, paix et harmonie au « Rainbow Gathering »

 

Et pour finir, je vous propose de découvrir le travail de Denis Vejas, un photographe qui, durant trois ans, à parcouru le monde pour rejoindre les Rainbow Gathering, ces regroupements de communautés anarchistes et anticapitalistes, qui ont lieux chaque année. Au programme : amour, paix et retour aux sources, dans ce travail photographique très chouette, mis en lumière par Kaizen Magazine, qui vous donnera, j’en suis sûre, le sourire !

 

Denis Veja – Rainbow Gathering

==> Découvrir toute la série de photos de Denis Vejas

 

Merci d’avoir lu cette nouvelle édition de Restons Eveillés, si vous avez kiffé, parlez-en autour de vous en partageant cet article 🙂 (les boutons de partage sont juste un peu plus bas)

 




Si vous voulez recevoir la veille (et seulement la veille) directement dans votre boite mail, vous pouvez vous y abonner en remplissant le formulaire suivant :

Je vous souhaite une bonne semaine et je vous dis à dimanche prochain !

8 commentaires sur “Restons Éveillés #2 : démocratie locale, étiquettes, multipotentiels et artistes engagés

  1. Contente que tu sois retombée sur cet article des Z’AtYpiques !
    La première fois que j’ai pu lire ce type d’informations il y a quelques années ça m’avait fait un bien fou.
    Même si je déteste les cases, savoir que j’en avais peut-être une pour quelque chose que j’avais du mal à saisir et qui, il faut l’avouer, me compliquait parfois beaucoup la vie, m’a vraiment fait du bien !
    Et tiens, ça me refait du bien en fait ! Merci !

    1. Merci pour ton commentaire Nadia ! C’est vrai que lire ces articles, dans ces moments où on en sait pas trop ce qui cloche et qu’on cherche des réponses est vraiment une source d’enrichissement et d’épanouissement. Comme si d’un coup, la vie prenait un nouveau sens. Je suis contente si ça t’a fait du bien de relire cet article ! A bientôt

  2. Encore une sélection passionnante!
    Mes réactions, à chaud : Elle est un torchon que je ne lis plus depuis environ 15 ans. Je ne sais pas comment ce journal peut encore avoir une étiquette féministe (haha, une étiquette de plus dans ce monde) alors qu’il publie chaque semaine des horreurs pareilles.
    Sinon, sur l’acceptation, le droit des femmes (et même des hommes) à occuper plus de place, connais-tu le mouvement BoPo (pour « Body Positivity »)?
    Il promeut l’acceptation de tous les corps dans l’espace public et la fin des discrimination (mais là je résume vraiment beaucoup). Je l’ai connu par le compte Instagram Yours Truly Melly. Il est tenu par une fille qui est obèse, et revendique d’avoir quand même le droit d’exister, comme tout le monde, dans notre société qui glorifie la minceur. Elle a fait sa thèse sur le sujet et développe de longs argumentaires sous ses photos. Ça fait vraiment changer de regard. Moi en tout cas je sens que j’ai changé depuis que je suis son compte, je suis plus bienveillante.

  3. Cet article du magazine « Elle » m’a juste tellement énervée !
    Je suis bourrée de complexes sans jamais avoir regardé mes bras et voilà qu’un nouveau complexe est né. Subitement, je me suis dit « mes bras sont affreux, on ne voit que ça, il faudrait quand même que tu fasses des efforts ». Mais pour quoi, en fait ? Pour qui ?
    Heureusement, l’article du Nouvel Obs remet (un peu) en cause les diktats de la mode, redonne (un peu) de confiance aux femmes complexées et nous permet d’accepter notre morphologie. Mais il reste tellement de chemin à parcourir !

    1. Marion ! Ne tombes pas dans ce piège ! Et pourquoi tu lis Elle d’abord ? ^^ Tes bras vont très bien et tu es joli comme un coeur. Regarde ce message tous les jours s’il le faut 🙂 Gros bisous !

  4. Mouahaha faut pas que les nanas de Elle voient mes bras, elles en tomberaient raides ! Ils sont gros et moches, et oui ils me complexent, mais vivant sur la Côte d’Azur je ne vais pas passer mon été à suer sous prétexte qu’ils ne sont pas montrables. C’est valable pour le reste, j’affiche tranquillou mes gros cuissots vergeturés pleins de cellulite à la plage et ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à pas regarder.

    Quant à cette histoire de « il faut s’habiller selon sa morphologie » elle m’a toujours profondément tapé sur le système ! Quand on est ronde, il ne faut pas montrer ses bras, quand on est petite on ne porte pas de robe longue, gna gna gna… Zuuuuuuuuuuut. On s’habille comme on veut bordel.

    Sinon je me suis reconnue dans l’article sur les multipotentiels. Je n’ai pas de souci avec les étiquettes que je me colle moi-même parce qu’elles m’aident à me définir et à être plus lucide surs mes traits de personnalité, les bons comme les mauvais. En revanche, je n’aime évidemment pas que les autres me collent des étiquettes parce qu’ils sont bien souvent à côté de la plaque 🙂

    Les photos « Rainbow Gathering » sont splendides

Dites-nous ce que vous en pensez ! Participez à la discussion, n'ayez pas peur ;)