restons eveillés, veille éthique et engagée

Restons éveillés #6 : loi alimentation, BD engagée et tabous

restons eveillés, veille éthique et engagée

La sélection de cette semaine pour le Restons Éveillés, la veille éthique et engagée de l’Ananas, a été particulièrement difficile à faire pour moi.

D’abord parce que c’est la première fois que je m’attèle à un exercice de ce type. Je me suis beaucoup remise en question, beaucoup questionnée sur ma légitimité. De quel droit je vous donne mon avis ? C’est un problème que j’ai depuis l’enfance. Je ne suis ni plus intelligente, ni plus concernée que n’importe qui. Ça intéresse qui, ce que j’ai à dire ?

Ensuite parce que les deux premiers sujets abordés dans ce numéro m’ont mise tellement en colère que je n’ai plus les idées claires. Dur dur d’être objective quand on prend les choses très (trop?) à cœur !

Enfin, j’ai lu beaucoup de choses tellement passionnantes que j’ai eu du mal à faire un choix. Croyez moi, mon fichier Word intitulé « pour les prochains Restons Éveillés.doc » fais déjà un nombre de pages certain !

Cependant, deux grands thèmes ont émergé de cette sélection de quatre articles : l’alimentation, sous son aspect écologique, éthique, démocratique et les tabous liés aux femmes : les règles et le fait de ne pas vouloir d’enfant.

J’espère, non pas que ça vous plaira, mais que ça vous fera réagir. J’espère vous prendre aux tripes, vous faire sortir de vos gonds, vous obliger à balancer ce que vous avez sur le cœur. C’est dans ce but que Laure a créé cette revue de presse, il y a presque un an. Faites ça dans les commentaires, le débat est ouvert !

Slate – Loi alimentation: quel est l’abruti qui a programmé pour mai 2018 le vote de cette loi?

Au revoir, au revoir Présideeeent !

Extrait :

« Autre exemple avec un amendement contre la castration à vif des porcelets. Alors là, il n’y avait aucune raison pour que ça ne passe pas. D’abord, ça ne se pratique plus dans d’autres pays: c’est interdit en Suisse, Suède, Norvège, et ça le sera en Allemagne en 2019. Des alternatives ont déjà été mises au point. Et le plus terrible, c’est que même le rapporteur de la commission des finances a commencé par dire: «Évidemment que cette pratique est choquante et je ne vais pas la justifier, elle n’est pas justifiable». Bah super alors. Mais il avait l’air tellement mal à l’aise qu’on a su tout de suite que ça n’allait pas bien se passer. »

 Un article de Titiou Lecoq qui traite d’un sujet grave avec légèreté. Laure et moi prévoyons de vous en reparler d’ici peu, mais voici d’ores et déjà mon avis. Cette « Loi alimentation » promettait de vraies avancées en matière santé publique et d’agriculture plus éthique.

Et RIEN. Ah si pardon. L’interdiction de l’usage du terme « steak » pour les produits qui ne sont pas à base de viande. C’est vrai que c’était la priorité, hein ?

On sent clairement l’influence des lobbies derrière ces votes, et ça me rends folle de rage. Nos députés sont censés représenter les intérêts de la société civile et respecter ses choix (la plupart des amendements proposés était plébiscité par les citoyens). Au lieu de ça, ils soutiennent les intérêt de grands groupes privés. Comment voulez-vous qu’on ait encore foi en la politique après ça ?

==> Lire Loi alimentation: quel est l’abruti qui a programmé pour mai 2018 le vote de cette loi sur Slate

 

Bloom association – Dites chalut à la pêche électrique

Dites chalut à la pêche électrique, BD engagée. Allez signer la pétition !

Cette semaine, la rédaction de l’Ananas vous invite à aller signer cette pétition en ligne après avoir lu cette bande dessinée, dont les auteur-trice-s sont Terreur Graphique et Capucine Dupuy.

Avec beaucoup d’humour (et de jeux de mots), iels nous expliquent ce qu’est la pêche électrique (spoiler alert : une technique de pêche barbare qui détruit toute vie sous-marine. Qui l’eût cru ?) et pourquoi il faut absolument que notre gouvernement fasse appliquer la loi européenne qui a été voté en janvier 2018.

Mais dis-donc, pourquoi elle n’est pas appliquée, cette loi ? Ben je vous le donne en mille : les lobbies industriels. Mais quel hasard !

Bloom n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en 2013 une superbe bande dessiné de la non moins mirifique Pénélope Bagieu (que je vénère) avait permis une mobilisation massive et, à terme, d’aider à interdire le chalutage en eaux profondes (clic pour lire, ou relire, cette super BD. Une piqure de rappel ne fait jamais de mal).

Donc allez allez, fidèles lecteurs, on va signer une pétition pour défendre les océans, et on en parle autour de soi, à ses amis, sa famille, ses collègues… Envoyez-leur le lien !

==> Lire Dites Chalut à la pêche électrique sur le site de Bloom

 

Cruuue – J’ai mes règles

Vous notez la subtilité de cette photo j’espère

Extrait :

«Sperme, cyprine, salive et sexe anal passe encore, mais les règles ?!

Depuis que j’ai 13 ans je suis donc une Vraie Femme dans une société qui m’a inculqué que mon rôle était d’enfanter, tout en me disant que le sang qui coule de mon vagin tous les mois est indésirable, sale, impur, dégoutant»

On arrête de parler bouffe et écologie pour évoquer cet article nécessaire sur un blog tout neuf : Cruuue. Comme son nom l’indique, Crue est crue. Dans ce billet, elle nous parle des règles et de ce que ça signifie de les avoir selon qu’on vive en Ouganda, en Inde, au Népal. Elle dénonce l’injustice que nous subissons à devoir les vivre en les cachant. Et elle dit : parlez-en.

J’ai été contente de lire cet article, et je le partage avec vous car c’est un combat que je mène moi aussi depuis quelques temps maintenant. Je ne me cache plus quand j’ai mes règles, j’en parle, je n’ai plus honte. Et même des fois, je donne des mini-cours à mes amis hommes que ça intéresse.

Je vous le dit, à vous qui me lisez, femmes ou hommes : ce n’est pas sale.

C’est salissant, oui, mais pas sale.

C’est intime oui, mais pas tabou.

C’est un fonctionnement normal de corps en bonne santé.

Je n’ai pas à me cacher. Je n’ai pas à avoir honte.

Et vous, vous devez aller lire les mots de Crue, et découvrir son blog. Elle insère dans ses billets des petites notes vocales, et j’adore les écouter.

==> Lire J’ai mes règles sur Cruuue

Roseaux – Je n’ai jamais voulu d’enfant (et je n’en voudrai jamais)

Quand on dit NON, c’est NON !

Extrait :

« Encore la semaine dernière, j’ai eu cette conversation douloureuse. Ce pote qui, lui, ne peut pas, voudrait tant. M’en voulait presque.

Oui, je peux probablement avoir des enfants. Je n’en sais rien, je n’ai jamais été enceinte. Mais il y a de grande chance que toute ma tuyauterie soit opérationnelle.

Ça ne me donne pas un devoir absolu de l’utiliser.

Avec le temps, j’ai entendu tous les arguments possibles, toutes les phrases toutes faites sur la question, du coup, j’ai aussi eu le temps de roder un peu mes réponses. Sers-toi, c’est cadeau. »

Agathe démonte les arguments les plus couramment entendu par une femme qui assume haut et fort son non-désir d’enfant. Et même je pense qu’on peut dire par une femme qui assume son désir de ne pas être mère.

Oui, on peut être une femme heureuse et épanouie sans forcément passer par la case « devenir une maman ».

L’autrice donne des clés à celles qui subissent les pressions de leur entourage ou de la société. Elle donne des clés de réponse, nécessaires à celles qui ne veulent pas d’enfant pour répondre à ces phrases toutes faites qu’on leur martèle du type, « tu changeras d’avis » (spoiler alerte : NON).

Mais elle s’adresse aussi aux personnes qui n’envisagent pas la vie sans fonder une famille. Elle leur explique que si leurs choix sont valides, et qu’ils ne sont pas jugés par les autres pour ça, ils doivent respecter ceux des femmes qui décident de ne pas enfanter. Un bon exercice de changement de regard pour comprendre que ces petites phrases, dites sans y penser la plupart du temps, sont hyper déplacées.

==> Lire Je n’ai jamais voulu d’enfant (et je n’en voudrai jamais) sur Roseaux, Magazine féministe


Et c’est tout pour cette semaine ! J’espère que vous aurez, une fois de plus, apprécié cette petite sélection.

N’hésitez pas à partager vos avis, interrogations, critiques et autres remarques dans les commentaires ci-dessous !
Je vous réponds avec plaisir !

Et si vous pensez que cette veille nécessite d’être connue, n’hésitez pas à la partager avec vos amis

Merci de m’avoir lue, on se retrouve bientôt pour de nouveaux articles !

4 commentaires sur “Restons éveillés #6 : loi alimentation, BD engagée et tabous

  1. Super intéressant, comme les précédentes ! J’ai partagé un lien vers tes « restons éveillés » dans mes derniers « remue-méninges » (on dirait que je parle en langage codé), si ça peut aider à ce que ça circule un peu… je le referai le mois prochain 🙂
    Pour la pêche électrique je suspends un peu mon jugement pour l’instant car j’ai vu passer des infos contradictoires concernant le fait que ce soit ou non vraiment pire que la pêche classique en termes de souffrance pour les poissons (par contre pas vraiment de doutes sur les conséquences du chalutage en eau profonde… je ne regrette définitivement pas de ne plus manger de poisson).
    Très chouette aussi de voir cité le blog Cruue !

    Tes sélections m’inspirent beaucoup en tout cas, je cherche des idées pour améliorer les miennes au fur et à mesure, les rendre plus digestes, peut être avec davantage d’illustrations… J’y réfléchirai 🙂

    1. Merci de ton retour, et du partage! En ce qui concerne la pêche électrique, la question n’est pas vraiment la souffrance des poissons (même si bien sûr c’est un gros problème aussi). Ce que dénonce Bloom, c’est surtout le côté « sans distinction » et « on tue tout on garde pas grand chose » qui fait disparaitre toute vie de l’océan.

      Je suis contente que nos sélections t’inspirent, hâte de lire ton prochain remue-méninges !

  2. Je repasse par ici car j’ai vu via un groupe de blogging que tu serais intéressée par des articles « invités » sur ton blog, j’en profite donc pour te dire que je serais ravie de co écrire un article ou tout autre type de partenariat si ça t’intéresse un jour 🙂

Dites-nous ce que vous en pensez ! Participez à la discussion, n'ayez pas peur ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.