accros aux réseaux sociaux ?

Sommes-nous tous accros aux réseaux sociaux ?

Nouveau ! Vous pouvez désormais écouter cet article 🙂  (ou le lire, juste en dessous)


Nous sommes 2 milliards sur Facebook

Ça y est, Facebook vient de faire péter le champagne pour son 2 000 000 000 ème inscrit ! Vous vous rendez-compte ? Prêt d’un quart de la planète est présent sur Facebook ! ¼ de la planète ! C’est tout simplement incroyable… 2 milliards d’inscrits sur un réseau social. Tu m’étonne que tout le monde y passe autant de temps ! Tous nos amis ont Facebook, ça parait même bizarre quand on rencontre quelqu’un qui n’y est pas. Et ce n’est pas qu’un truc de pays développés hein ! Les pays émergents et en cours de développement sont peut-être encore plus présents que nous sur les réseaux sociaux.

Ce matin, en prenant le petit déjeuner dans notre hôtel de rêve -aka notre maison depuis 3 semaines-, un mec était assis à une table, seul devant son assiette. Je passe derrière lui pour aller m’installer à une autre table et je vois sur son écran d’Iphone qu’il est en train de surfer sur Facebook. On reconnait bien ce fond d’écran blanc et bleu. Moi je passe au buffet, je m’installe à ma table et en attendant Arnaud, je fais quoi ? Je fais comme lui, je vais surfer sur Facebook. Et Je me dis que nous sommes tous pareils en fait.

À l’hôtel, il y’a souvent des coupures d’électricité. Dans ces moments, on se retrouve à être plusieurs clients au bord de la piscine, à discuter ou à se prélasser sur les transats ou dans le hamac avec un livre. Et c’est aussi intéressant de voir que dès que l’électricité revient, ces moments de sociabilité s’arrêtent généralement car petit à petit chacun retourne dans sa chambre avec son portable.

Une histoire de selfie

En Amérique du sud, on a été dans pas mal d’auberges qui n’avaient pas installé le WIFI dans les salles communes. Et c’était bien ! On se retrouvait tous, dans la cuisine, à papoter les uns avec les autres en attendant notre place aux fourneaux. On partageait nos expériences de voyage et parfois des repas.

En Asie, la présence sur les réseaux sociaux à l’air d’ailleurs bien plus importante qu’en Amérique du sud. Les gens sont constamment connectés et surtout constamment en train de se mettre en scène sur les réseaux. On ne compte plus le nombre de fois où l’on a vu des groupes arriver, se mettre en position-photo devant le truc cool à voir, prendre un dizaine de photos (c’est ce que je me dis car les mecs restent figés pendant bien cinq minutes), puis repartir, sans aucun intérêt pour le site.

À force, ça nous faisait halluciner. D’ailleurs, on a fait quelques séries de photos de ces gens qui se prennent en selfie. Entre ceux qui se prennent en photo devant le buisson alors qu’il y a une superbe vue, les groupes de 10 qui passent un par un faire la même photo au même endroit, ceux qui laissent leur perche à selfie accrochée à leur téléphone tout le temps… Y’en a même, qui se mettent en position, demande à quelqu’un de les prendre en photo (jusque-là, rien d’anormal) en laissant la perche à selfie sur leur téléphone (là ça devient drôle). Et le photographe désigné, prend la photo des autres, en tenant la perche à selfie à bout de bras. Sans penser qu’il peut simplement avancer et reculer pour trouver le bon cadrage à la photo. Bref, ça en devient carrément absurde et ridicule.

Oui oui je le dis, je trouve le selfie ridicule ! Ce n’est pas grave d’en faire, je veux dire, moi aussi j’en ai déjà fait. Mais y’en a qui en font tout le temps. Puis le plus drôle c’est de voir la préparation avant le selfie. Genre quand j’étais aux chutes d’Iguazu, les nanas avaient attaché leurs cheveux et transpiraient à cause de la chaleur mais au moment de dégainer le téléphone, elle se recoiffaient, limite se remaquillaient pour avoir THE photo qui fera le plus de like. Vous ne trouvez pas ça ridicule ?

Et si on faisait genre ?

En fait, c’est un truc récurrent avec les réseaux sociaux. Tout le monde se sent obligé de mettre en scène sa propre vie. Avant on écrivait simplement un statut et on postait deux trois photos et basta. Maintenant on fait carrément des lives sur FB, Instagram et Snapchat. De temps en temps c’est pas grave et au contraire ça peut être intéressant pour la famille ou les amis, mais tous les jours ? Puis y’en a qui deviennent vraiment « célèbre » grâce à tout ça. Puis y’en a d’autres qui vivent par substitution, dans l’admiration de ces « célébrités » des réseaux sociaux. Ils les mettent sur un piédestal en pensant que leur vie est absolument trop cool et que la leur, en revanche est nulle à chier. Alors eux aussi, ils mettent en scène leur vie, pour avoir l’air un peu plus intéressants.

Les chinois sont certainement les champions du monde là-dedans : tout ce qu’ils font, ils le font pour faire genre. Les photos d’eux devant les monuments (jamais les monuments ou les paysages tout seuls hein) pour dire « hé regardez, j’ai été là », des photos avec des blancs croisés dans la rue pour dire « hé regardez, j’ai des amis blancs », des photos d’eux en habits de plongée, certifiés de plongée (alors qu’ils ne sont généralement pas du tout à l’aise dans l’eau, voire qu’ils ne savent pas nager) pour montrer qu’ils font des choses extraordinaires. Bref, ils sont tombés dans le piège des réseaux sociaux.

L’autre jour, on discutait avec un Indonésien, et Arnaud a parlé de la plongée et a émis l’hypothèse que peut-être ça pourrait être une idée de métier. Direct, l’indonésien a rebondi en lui parlant d’une Instagrammeuse hyper connue (sauf de nous, j’ai été voir, la meuf à plus 1 million d’abonnés !!) qui fait de la plongée. Il a conseillé à Arnaud de lui envoyer un message privé en lui parlant de son souhait d’être guide de plongée. Il nous disait que cette nana pourrait certainement « exaucer son rêve ». Sérieusement. Je n’en revenais pas. Le mec était hyper sympa mais j’ai trouvé ça tellement dommage. Je me suis dit qu’il y a vraiment des gens, qui pensent que grâce aux réseaux sociaux, notre vie peut être meilleure. Et j’ai trouvé ça triste aussi. Parce qu’on n’a pas besoin d’attendre une instagrammeuse qui à 1 million de follower, et qui doit recevoir des messages d’amour tous les jours, par dizaine, pour réaliser nos rêves.

Enfin bref. Moi qui pensais que les réseaux sociaux étaient surtout très importants pour les ados en mal d’amour et de personnalité, je me suis rendue compte que des adultes, bien censés, pouvait aussi croire à la vie de paillette, mise en scène sur ces Facebook, Instagram ou Snapchat. Et ça m’a fait réfléchir.

Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de nos vies. Chaque jour, nous y sommes présents. Pas forcément activement, mais au moins passivement. Nous regardons la vie des autres défiler sur nos écrans. Et certains croient que c’est ça la vraie vie.

Je crois qu’il est temps de réévaluer notre rapport aux réseaux.

Autour de moi, je ne connais personne qui est vraiment « addict » aux réseaux sociaux. Par contre je connais plein de gens qui postent leurs résultats de run sur Facebook, j’en connais d’autres qui postent leurs repas sur Instagram, j’ai aussi des connaissances qui tweetent toutes leurs anecdotes de la journée. Moi la première. Je passe beaucoup de temps sur Facebook, je ne m’y expose pas particulièrement mais je mets en avant mes idées, mon opinion sur des choses et je poste des photos et des récits de notre voyage. Pourtant je ne me considère pas comme une addict. J’aime passer du temps sur les réseaux mais, comme beaucoup d’autres personnes autour de moi, ma vie ne tourne pas autour de ceux-ci et je ne substitue pas ma vie à mes réseaux.

J’arrive à sortir sans mon portable, je ne poste pas des nouvelles de mon voyage chaque jour, je ne me prends quasiment jamais en selfie. Cependant, si je compte les heures que j’y passe, ça fait peur. Je peux passer mes journées à surfer sur le net. Je ne suis pas scotchée à Facebook, mais quand même, en toile de fond j’y pense. Et quand je tombe sur un truc intéressant, je le partage. Quand j’écris quelque chose, je le partage sur mes pages, je reste aussi à l’affut de ce que mes proches peuvent poster. Et moi aussi je like, je commente et je tague.

Me dire que je ne suis pas accro, me rassure. Mais peut-être que je le suis en fait. Peut-être que nous le sommes tous, sans le vouloir. Peut-être que même si nous ne vivons pas notre vie à travers l’écran, le simple fait de passer notre temps derrière ce même écran est symptomatique d’une forme d’addiction.

Alors je me demande, à partir de combien d’heures passées sur mon écran, il serait temps que je me déconnecte ? À quel moment pouvons-nous dire que notre rapport au numérique devient malsain ? Avons-nous tous besoin d’une désintoxication numérique ?

Je ne suis pas sûre d’avoir la réponse à toute ces questions. Après tout, je crois que celles-ci sont assez personnelles. Il convient à chacun de prendre du recul sur sa pratique et d’y répondre. Si un déséquilibre se fait ressentir, alors oui, il est temps d’opérer quelques changements.

 

Et toi, t’en penses quoi  ? Discutons-en en commentaire !

 

Si tu as aimé cet article, n’oublies pas de le partager 🙂




 

Pour recevoir les derniers articles dans ta boite mail, abonnes-toi au blog !

3 commentaires sur “Sommes-nous tous accros aux réseaux sociaux ?

  1. J’ai écouté l’article.. c’etait bien sympa d’entendre ta voix nous lire cet article. Un article encore bien intéressant . Je ne pense pas être une accro .. je ne suis que Facebook . Je regarde le soir après ma journée de travail pendant laquelle mon portable reste que le bureau…et que je ne regarde que lorsque j’entends sonné. J’aime bien voir un peu ce que transmettent les personnes que je connais. Et j’aime bien postée de temps en temps. Le partage c’est ce qui me plaît. Mais j’ai du mal avec le fait d’avoir toujours le téléphone dans les Mans..au détriment du lien social. Le vrai. Celui où l’on se voit… Celui où l’on se parle… Celui où l’on communiqué pour de vrai. Mais je dois dire que je suis bien contente de partager avec vous les articles et les photos. Ça rapproche un peu….. Merci pour toutes ces pensées.

Dites-nous ce que vous en pensez ! Participez à la discussion, n'ayez pas peur ;)